L’Inde, le Pakistan et la France, où la nécessité absolue de la Laïcité

61
Blackboard with the symbols of the five most important religions (Buddhism, Islam, Christianity, Judaism, and Hinduism) drawn in the middle.

En 1947, 1965 et 1971, trois guerres ont opposé l’Inde et le Pakistan, elles ont fait plusieurs centaines de milliers de mort et, depuis leur indépendance, les deux pays se trouvent dans une situation de conflit permanent notamment sur le Cachemire, en partie annexé par l’Inde alors que la population est majoritairement musulmane. Les deux géants asiatiques partagent pourtant une même langue, l’Hindi et l’Ourdou, qu’aucun linguiste sérieux ne saurait différencier. La seule chose qui les distingue est la religion, et cet élément est suffisant pour créer deux identités inconciliables. Dans les années 1990, le conflit sanglant qui opposa la Croatie et la Serbie a également opposé deux populations, que rien ne saurait distinguer sinon, encore, la religion. Il en va de même sur le petit territoire de l’Ulster, qui représente le dernier problème non résolu dans le processus du Brexit, les gouvernements britanniques et irlandais considèrent que le rétablissement d’une frontière entre les deux Irlande pourrait raviver la guerre civile. Or, les Irlandais du nord et du sud parlent la même langue et partagent une histoire commune.

La religion est donc en soi un élément suffisant pour créer des identités conflictuelles chez des peuples que la langue et l’histoire devraient à priori souder.

La France elle-même a connu une situation semblable au XVIème siècle dans ce que nous avons appelé les Guerres de religion. Durant plus de 150 ans, notre pays s’est trouvé en situation de guerre civile, parce que certains Français s’étaient convertis à la Réforme alors que la majorité du pays était restée catholique.

Que nous réserve l’avenir ? La présence de l’Islam dans une partie de plus en plus importante de la population pourrait-elle conduire à une situation de conflit larvé, voire à des violences généralisées ? Pourquoi la mise en vente d’un « hijab de sport » par les magasins Décathlon a-t-elle suffit pour créer une réaction à ce point hostile de la part de l’opinion publique et des leaders politiques ?

Parce que la pensée moderniste s’est totalement trompée dans son analyse du rôle des religions : elles ne sont pas une explication magique du monde, elles sont avant tout un élément structurant de l’identité nationale. C’est la raison pour laquelle en pays d’Islam, l’expression d’une ferveur religieuse et le nationalisme vont souvent de pair : le parti d’Erdogan est souvent qualifié d’islamiste mais aussi de nationaliste, les révolutions des printemps arabes se sont faites au cri d’allah akbar et les leaders politiques doivent exprimer en public leur ferveur religieuse, même dans les pays dits modérés.

Et c’est bien pour cela que la laïcité n’est pas simplement l’expression de la neutralité de l’Etat. La laïcité est bien plus, elle fait partie de l’identité nationale des Français, elle s’est, en quelque sorte, substituée à leur religion historique. Les Français ont exclu la religion de l’espace public et ils ne supportent pas de la voir revenir par les vêtements ou par des prières publiques, tout particulièrement si cette religion vient d’ailleurs.

La laïcité au sens strict est donc la condition indispensable d’une vie sociale pacifique. Suffira-t-elle à éviter le surgissement de la violence ? Ce n’est pas certain, mais ce qui est certain est que l’expression publique des identités ne peut conduire qu’à des affrontements. L’humanité est ainsi faite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here