Réchauffement climatique : la méthode Madoff-Balkany

402

On cite souvent la phrase prononcée par Jacques Chirac au IVème Sommet de la Terre de Johannesburg « notre maison brûle et nous regardons ailleurs » pour fustiger notre absence d’action pour contrer l’inévitable, à la fois au niveau politique et à l’échelle individuelle. Comment les dirigeants des principales nations du monde peuvent-ils se séparer sans rien décider ? Comment un père de famille peut-il acheter un SUV, ou partir une semaine en famille à l’Ile Maurice et émettre 8t de kérosène dans l’atmosphère, sans ressentir la moindre culpabilité ?

Nous sommes tous également informés, et l’immense majorité de ceux qui poursuivent un mode de vie très émetteur ne sont pas des climato-sceptiques. Alors, pourquoi ne révisent-ils pas drastiquement leurs comportements ?

C’est un insondable mystère.

Lorsque Hermann Goering fut capturé par les militaires américains, il eut ce propos qui résume bien son système de pensée : « au moins, nous en aurons bien profité ». Sans aller jusqu’au numéro deux du régime nazi, coresponsable d’une des pires catastrophes de l’Histoire, on peut se demander comment des personnages comme Bernard Madoff, et à une moindre échelle le maire de Levallois, ont pu jouir de leur fortune en sachant que leur chute serait inévitable ? Ou encore Carlos Ghosn, comment un homme aussi brillant a-t-il pu commettre les détournements que la justice japonaise lui reproche, sans se dire qu’il vivait sous la menace permanente d’être découvert ?

Il faut un état d’esprit particulier pour se dire : j’en profite jusqu’au bout et, si le pire se produit, j’en aurai bien profité. La plupart d’entre nous ne peuvent pas jouir tout en supportant une menace inéluctable.

Or, c’est ce que nous faisons quotidiennement. Les routes mondiales sont encombrées par deux milliards de véhicules, et cet été le chassé-croisé des vacances jettera les familles sur les routes sans que personne ne fasse le lien avec la catastrophe annoncée. Quant à l’association des transporteurs aériens IATA, ils publient un communiqué annonçant le doublement du trafic aérien dans les quinze prochaines années, sans même mentionner le risque climatique. On peut aussi citer le Président du Louvre, qui se félicite de recevoir 1.5 millions de visiteurs américains et 1 million de Chinois sans se demander comment ils sont venus en France. C’est comme si le réchauffement n’existait pas.

Pour le moment, nous sommes tous des petits Madoff.

1 COMMENTAIRE

  1. Le citoyen non responsable aujourd’hui ne s’impose ni par la force (nazis), ni par le mensonge (madoff), ni par la dissimulation (ghosn), il vit juste sa vie telle que la société le lui permet. Certes, c’est irresponsable comme conduite vu l’ampleur des dégâts constatés et annoncés, mais c’est tout à fait acceptable civiquement.
    La situation sera bien différente quand le contexte législatif aura évolué et que ces comportement relèveront de l’infraction volontaire.
    En attendant, que font les parlementaires ??!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here