1- Les frontières, 2- l’environnement, voici la leçon des Européennes

303
European Union flags in front of the blurred European Parliament in Brussels, Belgium

La position des partis populistes et le succès, parfois inattendu, des partis écologistes ne laisse aucun doute sur les priorités des Européens pour les années à venir. Ils veulent protéger les frontières de l’Europe et mettre le climat et la biodiversité au cœur des politiques publiques.

Est-ce une surprise ? La crise migratoire de 2015, entretenue depuis par une démographie mondiale insensée, ajoute son écho à tous les reportages et les documentaires portant sur la catastrophe environnementale. Et ces deux phénomènes – un peu comme la matière et l’énergie selon Einstein – sont en réalité de même nature. C’est la pression démographique qui réduit les habitats naturels, c’est pour nourrir 8 milliards d’hommes que l’agriculture extensive réduit à néant les forêts tropicales, et si nous consommons du charbon et du gaz naturels, c’est pour produire une électricité abordable.

Tout ceci, les Européens en sont conscients. Ont-ils pour autant comme objectif de transformer l’Europe en forteresse ? Sans doute pas, mais ils savent que la somme des chaos locaux peut se transformer en chaos global et ils veulent que l’Europe en soit, autant qu’il est possible, protégée.

Ce besoin de sécurité est légitime et il l’est encore davantage si l’Union Européenne, qui a fortement contribué aux niveaux actuels de CO2, se montre capable de conduire une politique environnementale ambitieuse, qui profitera à l’ensemble des peuples de la Terre.

Migrations, démographie et environnement ne sont pas des sujets distincts, ils sont la manifestation d’une même problématique.

Une petite note positive pour ce qui concerne la France : la liste musulmane a réuni 28800 votants, soit 0,13% des suffrages. Voila qui relativise tout ce qu’on peut entendre sur le communautarisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here